Culture

Nouvel accrochage de la collection permanente

 

museepeynetLe dessin est tout en rondeur lorsque le mot est tranchant, mais cet art si particulier en fait implicitement une arme de destruction passive, à plus forte raison lorsque, touchés dans leur égo, les « victimes » désignées se cabrent et se rebellent, achevant de donner un sens cette fois affiché à ce qui n’était qu’une pique suggestive.

Les thématiques proposées pour ce nouvel accrochage varient en alternant volontairement sujets graves et plus légers. Ils sont une vingtaine à se partager durant les mois à venir l’espace d’exposition qui leur est consacré ; Daumier, Philippon, Sabattier côtoient les Mordillo, Ricord, Reyboz ou Sempé, en une farandole aussi hétéroclite que finalement, complémentaire.

Les styles outrageusement esthétiques du xixe siècle viennent se briser sur l’épure des caricatures actuelles. Le grotesque et l’outrecuidance vont si bien au dessin de presse, qu’on le nomme caricature ou non, qu’il a survécu – non sans danger d’ailleurs – aux nouvelles technologies d’information pour s’imposer – quasiment – universellement.

À compter de la mi-décembre 2017, le Musée présente dans l’accrochage Raymond Peynet une vingtaine de dessins originaux de l’artiste antérieurs aux Amoureux et publiés dans les grands quotidiens ("Scandal", "Rire à deux", "Paysage", "Paris-soir"…) entre les années 1933 et 1940. Ces œuvres, peu connues et pourtant représentatives de toute une époque, sont prêtées par Annie Peynet, fille de l’artiste.

Musée Peynet et du dessin humoristique
Place Nationale
Ouverture : de novembre à janvier du mardi au samedi : 10 h – 13 h / 14 h – 17 h

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris